Vous êtes ici : AccueilToutes les actualités › Nous avons rencontré Robert Neuman

';

Nous avons rencontré Robert Neuman

  Publié le 20 mars 2012

A l'occasion de la sortie en 3D du Roi Lion, nous avons eu l'occasion d'interviewer Robert Neuman, superviseur de la stéréoscopie sur la conversion du film.

Quelle a été la motivation derrière la conversion en 3D du Roi Lion ?


L'idée première était de prendre un film classique de Disney, adoré de tous, et qui n'avait pas été sur grand écran depuis très longtemps. C'était ainsi l'occasion de le faire découvrir à une toute nouvelle génération.
De plus, cette conversion demandait le passage à un son stéréo, ce qui donnait au film une toute nouvelle dimension !

Pourquoi avoir choisi Le Roi Lion ?


D'abord, le film avait été colorisé de façon digitale à l'origine, ce qui a rendu le travail de conversion plus facile.
Ensuite, nous choisissons avant tout les films qui nous plaisent. Et Le Roi Lion est un film magnifique sur lequel travailler. Il y a des mouvements de caméra vraiment intéressants et une mise en scène fabuleuse.

Comment fonctionne le processus de conversion en 3D ?


Tout d'abord, il s'agit de créer ce que l'on appelle des "templates". Le film comporte 12000 plans, et pour chacun d'eux nous avons créé des repères, qui ont servi à créer une carte des différentes profondeurs de champs de chaque scène. Nous nous sommes aidés des différents niveaux qui était disponibles sur le film original et que nous avons été chercher dans les archives Disney. Il a fallu une équipe de 60 artistes pour ce projet !

Qu'avez-vous appris de la conversion de La Belle et la Bête ?


Nous avons utilisé les mêmes processus, mais complétés par de nouveaux outils, dont notamment un qui nous a permis de sculpter la profondeur d'un personnage pour le replacer dans son environnement.

Combien de temps cette conversion a t-elle duré ?


Notre équipe de 60 artistes a travaillé dessus pendant 4 à 6 mois.

Quel sera le prochain film converti ?


Nous avons fait plusieurs tests sur La Petite Sirène. Mais le film n'a pas été réalisé de façon digitale, et nous devons travailler à partir des cellulos originaux. C'est un tout nouveau défi !